Système de paiement dans les Marketplaces – Une tribune de Jordan Graison, Limonetik

Système de paiement dans les Marketplaces – Une tribune de Jordan Graison, Limonetik

La question du paiement est indéniablement liée à la législation. Mais qu’en est-il à l’heure de la disruption des Marketplaces ? Entre casse-tête réglementaire et responsabilité challengée, comment les cartes sont-elles rebattues entre les différents acteurs du paiement ?

Etat des lieux à l’heure de la disruption

Historiquement un acte de paiement est simple : la chaine de valeur était structurée autour d’un acheteur et d’un vendeur. Le paiement représentait initialement l’étape finale d’une transaction entre les deux parties, déclenchant la logistique de livraison. Aujourd’hui, ce nouveau modèle de vente place la Marketplace en tant qu’intermédiaire dans la transaction. Certes, le système des places de marché existe depuis des siècles : rien d’étonnant à l’existence d’un endroit où des vendeurs et des acheteurs viennent échanger des biens et des services. Ce qui change, c’est le contexte où l’échange a lieu : aujourd’hui une plateforme numérique, c’est-à-dire un site de vente en ligne où la transaction n’utilise plus de monnaie fiduciaire.

En plus d’une plus large diversité de l’offre (catalogue étendu) ou encore de diverses propositions de modalité de livraison, la Marketplace doit fournir un service de paiement, car c’est elle qui porte la facturation pour le compte d’un tiers. Le processus de la transaction lors duquel le PSP (Prestataire de service de paiement) était l’intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur est maintenant modifié. Alors qu’aujourd’hui il y a un vendeur A, B, C, etc., le travail de l’émetteur du moyen de paiement ne change pas ; il n’y a toujours qu’un acheteur mais par contre, il y a maintenant plusieurs bénéficiaires à payer pour la même transaction. Comment s’adapter à n personnes (vendeurs) différentes, c’est-à-dire à n procédures et conformités différentes ?

Lire la suite