Paiement mobile : un avenir radieux en prévision

Paiement mobile : un avenir radieux en prévision

D’après une étude de « Research and Markets », le poids du marché du paiement mobile devrait s’établir à 78,02 milliards de dollars en 2019 contre 12,34 milliards en 2014, soit une augmentation de 44,6% en 5 ans. C’est d’ailleurs actuellement le marché qui croit le plus rapidement au monde. 

Avec un téléphone portable qui permet d’accéder à un contenu de plus en plus large, les nouveaux services qu’apporte le mobile deviennent populaires auprès du grand public. Il gagne également du terrain dans plusieurs secteurs économiques : le commerce physique, le secteur du voyage, les institutions financières (et en particulier les banques), la santé et le transport.

L’argent généré par ce business va ouvrir de nouveaux marchés à tout l’écosystème du paiement. Les opérateurs de téléphonie, les banques et les fournisseurs de plateformes de paiement devraient voir leurs revenus boostés.

Une incroyable diversité d’usages selon les pays 

Chaque pays possède sa culture du paiement et ses habitudes, plus ou moins difficiles à faire évoluer. La banque ING a mené une vaste enquête auprès des consommateurs européens, nord-américains et australiens sur leurs comportements vis-à-vis de la banque mobile. Le modèle de « société sans cash » n’est qu’un mythe pour certains pays. La moitié des Européens réduisent leur utilisation d’espèces au profit d’autres moyens de paiement, alors que l’autre moitié de la population ne change rien à son quotidien.

L’adoption des solutions mobiles est très contrastée. En moyenne, un Européen sur trois a déjà exécuté une transaction sur un téléphone ou une tablette. Les disparités sont grandes entre les pays. A titre d’exemple, les Néerlandais sont beaucoup moins adeptes de ce nouveau mode de paiement (à 13%) que les Polonais (39%) ou les Turcs (46%).

Les banques plébiscitées par les consommateurs pour fournir des solutions de paiement mobile

Si l’on se penche sur les motivations et les freins des consommateurs, on remarque que la rapidité a été citée par un interviewé sur deux, suivie de près par la facilité d’utilisation (étude ING). Quant aux freins, c’est le manque de confiance et l’absence d’occasion de tester qui ont été le plus fréquemment cités.

Autre enseignement de cette étude, les banques peuvent être rassurées. En effet, elles sont plébiscitées (84%) par leurs clients lorsqu’il leur est demandé à quel acteur ils accorderaient en priorité leur confiance pour leur fournir une solution de paiement mobile. Il faut cependant se méfier des solutions d’acteurs comme Google, Apple, Facebook qui pourraient réussir à s’imposer. Les banques ont donc tout intérêt à profiter de la confiance de leurs clients en proposant des services de paiement mobile adaptés et performants. Sinon, il se pourrait bien que ses derniers soient déçus et se tournent vers des acteurs extérieurs.

On le voit bien, la très forte croissance du marché du paiement mobile représente des opportunités fantastiques pour tout l’écosystème du paiement. Toutefois, il faut savoir s’adapter aux spécificités du pays dans lequel on travaille. Rendez-vous en 2019 pour voir si les prévisions de « Research and Markets » était bonnes ou un peu trop optimistes.