Limonetik et SEQR : “Les nouveaux moyens de paiement nécessitent une nouvelle architecture”

Limonetik et SEQR : “Les nouveaux moyens de paiement nécessitent une nouvelle architecture”

Créé en Suède, le mobile wallet SEQR s’appuie sur Limonetik pour développer son réseau d’acceptation en Europe. Les deux spécialistes de la monétique digitale partagent également une même vision du futur du paiement : cross canal mais aussi indépendant des plateformes et des technologies.

Interview de Marcel Roelants, Regional Director, SEQR Benelux

MeetthePayments: En quoi les wallets digitaux sont-ils en train de révolutionner l’industrie du paiement ?

M.R: Tout est lié aux attentes du client. De plus en plus, les consommateurs veulent pouvoir utiliser la méthode de paiement de leur choix aussi bien en boutique qu’en ligne. A mesure que le choix de méthodes de paiement s’élargit, les clients sont de plus en plus nombreux à le demander et cela accentue la pression sur les marchands. Le consommateur accepte de moins en moins de ne pouvoir utiliser certaines méthodes de paiement qu’en boutique, et d’autres qui ne sont acceptés qu’en ligne. Il veut être libre de toutes ces contraintes techniques et accéder à une expérience fluide d’achat, quel que soit le contexte.

MtP: N’est-ce pas ce que les opérateurs de cartes de crédit sont supposés proposer ?

M.R: Encore une fois, il est important de se mettre à la place du consommateur. Saisir ses informations de carte bancaire en ligne prend du temps. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle les wallets rencontrent un succès grandissant. En les utilisant, les consommateurs sont récompensés. Pour changer les habitudes et développer le paiement mobile, il faut apporter un bénéfice supplémentaire aux utilisateurs, comme des coupons ou des offres spécifiques. Les nouveaux moyens de paiement digitaux ont ceci de particulier qu’ils sont aussi des outils marketing de la fidélisation client. Ces nouveaux moyens de paiement sont cependant face à un défi : ils doivent être disponible aussi bien en ligne qu’en boutique, mais sans surcoût pour le marchand. Dans le monde réel cependant, la difficulté est que plus vous ajoutez d’étapes au processus de paiement, plus le coût par transaction est élevé. Or, l’enjeu numéro un pour les e-marchands en matière de paiement est celui de la maîtrise des coûts de transaction, tout en répondant aux attentes clients d’accéder à de nouveaux moyens de paiement. La seule manière d’y parvenir est de raccourcir le processus de traitement, ce que fait précisément la solution SEQR.

MtP: Dans ce circuit court, les opérateurs de cartes de crédit ont-il encore leur place ?

M.R: Depuis les origines du paiement électronique, la technologie des cartes de crédit a joué un rôle d’intermédiaire, de middleware, entre les banques et les marchands. C’était un processus de paiement industrialisé répondant à tous les besoins. La situation est aujourd’hui bien différente. Chaque nouveau moyen de paiement apporte son lot de spécificités, qu’il s’agisse d’un choix technologique, de contraintes matérielles ou d’une base existante de clients potentiels. Google Wallet et Apple Pay illustrent bien cette nouvelle tendance. Face à la pression de leurs clients, les e-marchands se sentent obligés de faire un choix, mais ils n’ont aucun moyen de prédire quelle technologie ou quel émetteur de moyen de paiement gagnera la bataille qui s’engage. Il est par exemple bien difficile de dire aujourd’hui quelle technologie, entre NFC et QR Code, s’imposera pour le paiement en boutique. Face à ces incertitudes, le meilleur choix est de ne pas avoir à choisir. Dans le contexte de la multiplication des moyens de paiement, le rôle d’intermédiaire, de middleware, ne peut être tenu que par quelqu’un de totalement indépendant, c’est à dire ni un établissement financier, ni un équipementier du paiement. Notre solution SEQR évite aux marchands d’avoir à mettre en place des systèmes coûteux qui risquent d’être obsolètes en seulement quelques années. C’est une solution de wallet mobile facile à déployer, ne nécessitant aucun investissement matériel, et qui reste totalement ouverte à toutes les évolutions technologiques.

MtP: Comment cela fonctionne-t-il dans la pratique ?

M.R: SEQR est le premier wallet mobile en Europe à être disponible à la fois en boutique et en ligne. Développée en Suède par Seamless, la solution repose sur une application pour smartphone qui se connecte directement à notre plateforme, et à travers elle, au système de gestion des paiements du marchant. Le fait que nous assurions nous-même la redirection des transactions permet de réduire de 50% le coût de traitement, par rapport au processus classique via un opérateur de carte de crédit. Par ailleurs, notre API permet aux e-marchands d’intégrer notre wallet à coût très réduit et sans impact sur leurs terminaux de point de vente ou leur infrastructure de gestion du paiement en ligne. Enfin, les marchands accèdent à des fonctionnalités innovantes comme le cash-back, les coupons ou les programmes de fidélité. En Belgique, l’acteur numéro un de la grande distribution, Colruyt, s’appuie sur notre wallet mobile pour permettre à ses clients d’utiliser le même moyen de paiement en ligne et en boutique. Chaque fois que le client utilise notre wallet, il bénéficie d’un remboursement des frais de livraison directement crédité sur son compte bancaire. La solution est disponible en Suède, en Finlande, en Roumanie, en Belgique et au Portugal.

MtP: Que vous apporte Limonetik ?

M.R: Notre partenariat avec Limonetik s’inscrit dans le cadre du projet Colruyt en Belgique. Comme tout nouveau moyen de paiement, nous avions à composer avec le calendrier d’intégration des opérateurs de service de paiement, dans ce cas Ingenico (anciennement Ogone). La plateforme Limonetik étant déjà connectée au réseau Ogone, cela nous a permis d’accéder quasi instantanément à un vaste réseau européen d’acceptation. Limonetik nous permet ainsi d’accélérer notre développement à l’échelle Europenne. Seamless et Liminetik partagent par ailleurs la même vision des architectures de paiement, reposant sur une couche indépendante d’interface facilitant l’intégration des nouveaux moyens de paiement à moindre coût et sans délais.