Les Français considèrent leurs banques comme les garants des nouveaux moyens de paiement

Les Français considèrent leurs banques comme les garants des nouveaux moyens de paiement

Soumises aux pressions technologique, réglementaire et concurrentielle, les banques réinventent leur modèle. Mieux informé, plus exigeant sur la personnalisation et plus affûté par exemple sur les frais, le consommateur est de plus en plus volatile. Un Français sur quatre aurait d’ailleurs envisagé de quitter sa banque lors des douze derniers mois.

Le cabinet de conseil en management Solucom et l’institut Opinionway ont mené une enquête auprès de 2000 personnes de 18 ans et plus sur les Français et leur banque.

Depuis 2009 avec la première directive européenne sur les services de paiement, les banques font face à de nouveaux concurrents (établissements de paiement) sur le secteur des fournisseurs de paiement. Il semble que les Français ne soient pas au courant de ce changement : 70% des Français continuent de penser que la banque est l’acteur le plus légitime pour proposer de nouvelles solutions de paiement mobile, loin devant les fournisseurs de cartes comme Mastercard ou Visa (45%) ou les opérateurs téléphoniques (10%). D’ailleurs, la possibilité de régler ses achats sur Internet via le site d’une banque recueille 79% d’avis favorables. Les sondés y voient une simplification de l’acte d’achat avec un niveau de sécurité garanti.

Un manque d’information sur le NFC ? 

Dans plus de 80% des cas, le NFC (Near Field Communication ou communication sans contact) est attribué automatiquement au renouvellement de la carte bancaire, sans information spécifique. La conséquence de cette non-information ? C’est que seul un Français sur trois déclare posséder une carte de paiement sans contact alors que près de 50% des clients en disposent (selon l’Observatoire du NFC) ! Les banques auraient donc tout intérêt à communiquer avec pédagogie sur ce produit si elles veulent voir ce nouveau moyen de paiement se généraliser.

Dans les solutions de paiement sécurisées, on trouve par exemple Paypal, leader du marché (Worldwide versus les solutions type Alipay en Chine ou Yandex en Russie leaders sur leurs marchés locaux), avec ses 220 millions d’utilisateurs. Pour contrecarrer ce quasi monopole, des banques se rassemblent pour proposer des alternatives concurrentes au géant. Et elles semblent en très bonne position si l’on en croit l’étude Solucom / Opinionway. En effet, 60% des sondés citent leur banque comme l’acteur le plus apte à assurer la sécurité de leurs transactions.

En ce qui concerne la carte bancaire, on apprend avec cette étude que 97% des Français disposent au moins d’une carte bancaire classique (type Visa ou MasterCard), que 36% en ont plusieurs et que 95% l’utilisent pour leurs achats en ligne. Sur ce secteur, certains magasins rentrent en concurrence avec les banques. Les boutiques telles que Printemps, Cofinoga ou La Redoute proposent des cartes de paiement (hors cartes de fidélité) : 14% des Français en possèdent une.

Même si, pour les Français, les banques gardent un rôle central dans les moyens de paiement, il faut qu’elles se méfient des géants du web qui arrivent (GAFA). Simplicité, fluidité, innovation : elles vont devoir associer ces trois ingrédients pour garder leur place encore longtemps.