La French Tech veut généraliser un outil de partage de la valeur – Les ÉCHOS

La French Tech veut généraliser un outil de partage de la valeur – Les ÉCHOS

The Galion Project publie un kit qui explique comment les start-up peuvent mettre en place des bons de souscription de parts de créateur d’entreprise (BSPCE). Elles seraient déjà plus de la moitié à en faire profiter leurs salariés.

Depuis dix ans, les histoires se multiplient. Lors de la revente de  StickyAds.tv à Comcast , de  Withings à Nokia ou lors de l’introduction en Bourse de Criteo ou de  Talend , des dizaines de salariés ont empoché plusieurs millions d’euros. De quoi acquérir un bien immobilier ou lancer sa propre start-up comme ce fut le cas pour  Limonetik ou  Howtank , créées dans la foulée de  la revente de Price Minister à Rakuten. A l’origine de ces opérations, les bons de souscription de parts de créateur d’entreprise (BSPCE), un outil mal connu qui permet aux entrepreneurs d’ intéresser leurs salariés au succès de leur entreprise. Et que The Galion Project veut déployer à l’ensemble de la French Tech à travers un  kit pratique qu’il publie ce mercredi 21 mars. « Lorsque j’ai revendu ma première entreprise Cirpack à Thomson, des dizaines de salariés se sont partagé une enveloppe de 7 millions d’euros, se rappelle Fred Potter, fondateur de  Netatmo et corédacteur du kit. Lorsque j’ai fondé Netatmo, il ne faisait pas l’once d’un doute qu’il fallait que cela concerne tout le monde dans l’entreprise. »

Lire l’article complet sur Les Echos