Développement international du e-commerce et du m-commerce

Développement international du e-commerce et du m-commerce

[quote]Par Corinne Estève-Diemunsch, Directrice Marketing & Communication de Limonetik[/quote]

Pour de nombreux observateurs du secteur, l’année 2014 sera certainement une année charnière dans l’histoire du développement du e-commerce et du m-commerce dans les pays émergents et surtout dans les pays asiatiques.
Le potentiel en Asie est évidemment énorme et devrait rapidement concurrencer le marché nord-américain.
Selon la société eMarketer, « les marchés asiatiques comptabiliseront, en 2014, plus de 46 % des achats en ligne dans le monde. » La Chine et l’Inde sont les deux mastodontes qui se démarquent nettement sur cette zone.

 

L’insatiable Chine

Passant outre la décélération du développement économique chinois, qui affichait des taux de croissance à 2 chiffres ces dernières années, le marché du commerce mobile devrait tripler d’ici 2018 afin de devenir le deuxième marché au monde après les États-Unis. D’après Euromonitor, 79% des chinois surfent sur le net avec leurs téléphones portables ; la Chine représentera plus de 60% du e-commerce en Asie. Un marché très juteux pour les marques occidentales – dont certaines françaises – qui s’intéressent de près aux potentiels 277 millions d’acheteurs en ligne !
En effet, la 4ème édition de la conférence CHINA CONNECT, les 6-7 Mars derniers à Paris, a encore confirmé cette tendance, en apportant un décryptage des e-consommateurs chinois. En parallèle, une étude KPMG datant du 3 avril, a présenté des chiffres extrêmement alléchants.

Mais qu’achètent-ils donc ?

Les cosmétiques sont en tête des produits de luxe les plus achetés en ligne (53%), devant les chaussures (39%) et le prêt à porter pour femmes (36%). Selon Hervé Chopin, Associé KPMG secteur luxe, «Le gouvernement chinois vise un taux de pénétration du mobile de 85 % d’ici 2020, encourageant vivement le développement du e-commerce en Chine. L’essor des Smartphones capables de supporter la 3G/4G va modifier la donne du marché qui s’annonce, à cet horizon, supérieur à ceux des Etats-Unis, du Japon, de l’Allemagne et de la France réunis. Cela constituera des opportunités exceptionnelles pour les marques de luxe de développer les ventes à travers ce vecteur.»

La ruée vers l’Est

Plusieurs acteurs du numérique contribuent à cette formidable expansion, dont le célèbre site BtoB, Alibaba.com, première plate-forme mondiale pour entreprises qui relie aujourd’hui sur internet 10 millions de fabricants d’usine à 80 millions de commerçants du monde entier. Le géant contrôle aujourd’hui 80 % du e-commerce en Chine. Il prévoit prochainement son introduction en bourse qui pourrait atteindre des records selon le Wall Street Journal.Cela devrait être la plus importante introduction de valeur Internet sur les marchés publics aux USA depuis celle de Facebook, en 2012. Rappelons aussi que le site a créé son propre système de paiement, Alipay, depuis 2004.

Enfin, en ce qui concerne le développement de son voisin, l’Inde, il vient de connaitre une croissance de 88% pour ses activités e-commerce en 2013 : la forte pénétration d’internet dans les 1 500 000 habitants connectés, mais aussi l’arrivée d’Amazon en 2013, ont particulièrement boosté les chiffres. Le potentiel des 1,2 milliard peut laisser rêveur !

Et chez nous ? Etat des lieux en France

Le m-commerce a pesé 2 Mds€ en 2013. Les perspectives pour 2014 sont bonnes mais, globalement, les experts estiment que notre marché est encore loin de son point de maturité. Pas au point de parler de retard, juste d’une lenteur au décollage.
Raison #1 : l’équipement en smartphone : 43% en France, 48% en Europe, voire 55% au Royaume-Uni ou en Suède.
Raison #2 : l’usage en matière de paiement. 88% des achats en ligne sont faits par carte bancaire, tandis que le m-commerce a tendance à privilégier les portefeuilles électroniques, PayPal, Kwixo, Buyster. C’est l’un des facteurs de manque de confiance : 58% des internautes pensent que l’achat sur mobile est moins sécurisé que sur ordinateur… Ce chiffre, bien qu’un peu ancien, est néanmoins révélateur d’une situation.
Une note d’optimisme, une raison d’y croire #1 ? L’expérience d’achat valorisante et innovante, offerte par les sites m-commerce optimisés, couplée aux magasins physiques connectés, est la tendance 2014. Les m-marketers ont bien compris que le consommateur, pour devenir ambassadeur