Christophe Bourbier fluidifie les paiements internationaux avec Limonetik

Christophe Bourbier fluidifie les paiements internationaux avec Limonetik

Grâce à une technologie de pointe, la start-up aide banques, prestataires de paiement et entreprises à agréger, réconcilier, puis répartir leurs flux.

L’histoire de Limonetik avec les moyens de paiements démarre en 2007. En plein essor de l’e-commerce, une poignée d’amis ingénieurs décide de créer les premières cartes cadeaux dématérialisées dans l’idée de les vendre aux particuliers et aux comités d’entreprises qui distribuent beaucoup de chèques cadeaux, assez compliqués à utiliser pour un paiement en ligne. Cofondateur et dirigeant de l’entreprise, Christophe Bourbier explique : « Les cartes cadeaux classiques étaient chargées en moyenne à hauteur de 50 euros alors que le panier moyen était de 90 euros, c’est pourquoi nous avons développé une plate-forme qui permettait de réaliser un paiement couplé utilisant la carte cadeau dématérialisée et un autre moyen de paiement pour compléter. Cette technologie assez complexe est capable de gérer ces deux flux de paiements et de les réconcilier. » Une avancée technologique qui s’est avérée difficile à vendre bien qu’elle fonctionne parfaitement. L’équipe d’ingénieurs fait des merveilles dans le développement mais se heurte à la réalité de la commercialisation qui n’a rien à voir avec son métier. Les associés comprennent vite qu’il vaut mieux s’adresser à ceux qui savent gérer les relations avec les clients finaux et vendent leur plate-forme à quelques grands du prépayé, Edenred, Sodexo, Illicado…

Ce pivot vers le B2B permet une belle augmentation des transactions mais l’équipe en veut plus et décide alors de se tourner vers l’international en proposant aux commerçants, aux banques et aux prestataires de services de paiement (PSP) l’acceptation de moyens de paiement alternatifs. Là encore, Limonetik prend en charge l’hétérogénéité des instruments de paiement et réutilise à 150 % le concept de sa plate-forme inventée pour l’acceptation des cartes cadeaux. « En 2014, notre plate-forme traitait 40 millions de transactions par an. Aujourd’hui, nous sommes à un milliard ! », souligne Christophe Bourbier

En savoir plus