2015, l’année du paiement mobile en magasin ?

2015, l’année du paiement mobile en magasin ?

Selon une étude du cabinet Deloitte du mois dernier sur les tendances dans les technologies, les médias et les télécoms, au cours de l’année 2015, 10% des 600 millions de Smartphones dans le monde seront utilisés pour régler des achats en magasin au moins une fois par mois. Soit 1000% d’augmentation par rapport à 2014 : la digitalisation de l’étape d’encaissement est en marche.

En France, il existe aujourd’hui 250 000 points de vente qui acceptent le paiement sans contact (par mobile ou par carte), ce qui représente environ un commerce sur dix. Signe que ce marché commence à s’implanter de manière significative dans l’hexagone.

En mai 2014, le Crédit Mutuel-CIC avait présenté l’application mobile de shopping connecté Fivory. Elle permet non seulement de régler ses achats sur des sites e-commerce, mais aussi de régler en magasin via les technologies sans-contact comme le NFC ou le QR code. On peut également citer Orange qui a initié, en partenariat avec Visa, le service de paiement mobile Orange Cash. Ou encore Auchan qui propose Flash’N Pay, un portefeuille électronique qui permet de régler ses achats en caisse grâce à son Smartphone via un QR code émis par la caisse enregistreuse et scanné par le téléphone du client.

Faire entrer ces nouveaux modes de paiement dans les mœurs

A Nancy, Paypal a lancé une application pour que les clients de trente restaurants puissent régler leur addition via leur mobile, sans avoir à attendre le serveur. Parallèlement au gain de temps, à la praticité et à la fluidité de ce système, un autre intérêt pour le restaurateur est à prendre en compte. Il peut mieux connaître ses clients en poussant des offres sur l’application et leur apporter des services personnalisés. Paypal se positionne depuis deux ans sur le paiement mobile en magasin et ses solutions fonctionnent déjà dans 20 000 points de vente américains, 2 000 points de vente britanniques, en Allemagne et en Australie également.

Même si ces expériences sont nationales, elles ne reposent que sur des accords avec quelques enseignes. A Nancy, c’est la première fois en Europe que le paiement mobile en boutique est étendu au niveau de toute une ville, sachant que les restaurateurs impliqués vont être rejoints par d’autres. Le but ? Travailler avec des commerces locaux et indépendants et faire entrer cette pratique dans les mœurs de la population.

Les Wallets ne vont donc plus se cantonner au paiement à distance mais attaquent le commerce physique, qui ne représente pas moins de 90% des ventes. Un marché intéressant dans lequel les géants du web vont se livrer bataille.

Les habitudes ont la vie dure, et comme chaque nouveauté, le paiement mobile en magasin ne va pas révolutionner le monde du paiement en un an, même s’il semble prendre son envol. A titre de comparaison, rappelons que la carte bancaire a mis plus d’une trentaine d’années à s’imposer auprès des Français. La patience est la mère des vertus.